12 règles SEO à respecter pour écrire un article optimisé

Temps de lecture: 5 minutes

Si vous voulez vous essayer à la rédaction pour le web, vous devez être conscient que l’ingrédient essentiel pour gagner la considération des moteurs de recherche – un sur tous Google – et obtenir un bon positionnement organique dans les SERP est d’optimiser le texte selon quelques règles d’or du référencement.

Cet article est le fruit des règles connues de Google, mais aussi de mon expérience et ce qui m’a servi comme base pour développer GhostWriter.

Malheureusement, je tiens à préciser que le respect de ces règles ne garantit pas qu’une page ou un article sur certains serpents sera placé en première page ! De nombreux facteurs influencent le positionnement

  • Difficulté liée à une forte concurrence
  • les facteurs sociaux
  • Les backlinks
  • TrustRank
  • Optimisation technique du site
  • etc

En conclusion, suivez les règles suivantes, car le texte est important ? Il est nécessaire, mais pas suffisant, pour que l’événement souhaité (mise en page) se produise.

Google n’est en fait qu’un algorithme qui analyse un texte et décide en fonction de ce que vous écrivez et de la façon dont vous l’écrivez sur quels mots vous devez vous placer.

Bien sûr, le référencement évolue également, ainsi que toute autre branche du monde merveilleux du web (et pas seulement…), mais de toute façon, à ce jour, nous pouvons définir des points relativement fixes.

Cela dit, voyons comment nous pouvons nous faire comprendre par Google … ainsi que par les humains ….

Investissez dans un service de rédaction professionnelle

Et faites confiance à l’expérience et à l’expertise d’un rédacteur professionnel qui fait de l’écriture pour le référencement son pain quotidien.

Lire aussi  Le métier de transcripteur audio

D’une certaine manière, c’est parce qu’il est évident que le moyen le plus facile et le plus efficace d’obtenir des résultats valables est de s’adresser directement à ceux qui font de l’écriture optimisée pour les moteurs de recherche leur profession.

Et pour ce faire, vous pourriez utiliser les règles de base suivantes que je propose à des fins de référencement et donc pour rendre Google heureux (et vous…).

Choisissez le mot-clé pour lequel vous souhaitez placer votre article.

Par exemple, supposons que vous vouliez écrire sur la façon de “tuer un spécialiste du marketing en ligne” : la première étape consiste à vérifier, grâce au Google Keyword Planner, quelle est la moyenne mensuelle des recherches pour le mot-clé choisi, par exemple “spécialiste du marketing en ligne”.

Vous pouvez également examiner d’autres idées de mots clés suggérées par l’outil et voir s’il y en a, peut-être avec une faible concurrence, qui pourraient mériter votre intérêt. N’oubliez pas Google Trend

N’oubliez pas d’élargir le champ sémantique de votre article et de développer les sujets latents. Google vous positionnera non seulement sur un concept de base, votre mot-clé principal, mais aussi sur plusieurs clés de recherche

Choisissez un mot-clé principal qui sera au sommet de votre pyramide imaginaire de mots-clés, mais qui développe ensuite plus de concepts, le texte sera encore plus beau pour l’humain qui le lira ..

Prenez soin du titre de la balise meta …

Entre 55 et 60 caractères. Celui-ci doit également contenir le mot-clé principal et doit être sémantiquement cohérent avec la balise H1. Si vous le faites sur plus de 60 caractères, cela arrive… Aucun Google ne le tronque et en serpentin apparaîtront ces magnifiques … … Plus longtemps est inutile

Faites attention à la description de la balise meta

La description n’est pas importante pour le positionnement, mais elle est fondamentale pour l’humain, alors ayez pitié et évitez de mettre des fichiers de mots-clés inutiles et sans fin. Google pourrait l’utiliser pour le mettre dans serp (serp est la page de résultats de recherche d’un certain mot-clé) sous votre titre et votre URL.

Il est important qu’il ne dépasse pas 156 caractères. Plus il est long, inutile de le couper et de vous remettre dans le … … Pensez-y pour votre lecteur, cela l’aide à le convaincre d’entrer dans l’article. Bien sûr, il doit être cohérent avec ce qu’il trouve… Vous ne pouvez pas lui dire de venir ici, vous trouverez beaucoup de jeux sympas… et puis vous trouverez un article très ennuyeux sur la façon d’écrire pour le web… L’utilisateur insatisfait se sentira trompé et sortira immédiatement en augmentant le taux de rebond.

Lire aussi  Guest blogging pour les entreprises

Le champ de mot-clé meta..

LOL ! 🤣 Il y a encore des gens qui l’apprécient… ça ne sert à rien ! !! Laissez-le vide.

Entrez le mot-clé choisi dans le titre de l’article avec la balise H1.

Il devrait éventuellement être situé dans la première position ou dans les premières positions du stock. Ce H1 béni l’a mis ! !!

De nombreux sites n’ont pas la balise H1 sur leurs pages. C’est le titre principal, assurez-vous que Google comprend bien votre sujet principal… Je recommande H1 il doit y en avoir seulement 1 ! !! Code side attitude : beaucoup de modèles font des erreurs et génèrent de multiples H1, non visibles par les humains, mais par Google, ils le font. J’en ai trouvé beaucoup, c’est ce que pense Google, mais regardez ce joli site a pour sujet principal “lorem ipsum”…

Créez un sous-titre (également deux titres, mais pas huit mille) avec une balise H2

Contenant le mot-clé ou un concept sémantiquement lié au principal.

Le titre H2 ne doit pas être égal au titre H1, mais oui, il doit être sémantiquement cohérent. Si vous affinez le mot-clé principal, c’est très bien, mais ne le faites pas de la même manière.

Le mot-clé figure-t-il dans le premier paragraphe du texte

? Il serait bon qu’il apparaisse non ? Ne serais-ce que pour l’utilisateur, qu’il ai l’impression d’être au bon endroit et qu’il va trouver ce qu’il cherche en lisant votre article. En fait, c’est le but du texte d’introduction, le châpo.

Incluez au moins quelques liens sortants pertinents

Dans l’article, c’est-à-dire en rapport avec les mêmes sujets que ceux couverts par votre article. Il peut également s’agir de votre propre site ou de sites ayant un thème connexe. J’inclus maintenant souvent l’attribut nofollow. Cela dépend.

Insérez dans l’article au moins une image cohérente (avec l’ALT renseigné)

Le texte alternatif doit décrire le contenu de l’image, mais si vous pouvez faire tenir un contenu cohérent avec votre mot-clé principal, c’est parfait. Cependant, il faut l’améliorer.

Lire aussi  Utiliser Google Agenda dans votre stratégie de blogs ?

Le nom du fichier image, mieux si vous le faites comme key-word-principal.jpg … Évitez de charger le fichier avec le nom automatique donné par la caméra DSCN0003.jpg. A moins que vous ne vouliez vous positionner sur DSCN0003 … . Le fichier ne doit pas être une résolution de 300 DPI !

Les écrans, même les plus avancés, ont une résolution maximale de 96 DPI. Sauvegardez donc le maximum avec une résolution de 72 DPI. La taille en pixels du fichier est également importante, selon l’endroit où vous le placez, mais les formats de taille les plus courants sont 800×600 pixels ou 1024×768. Le format 5000×4000 pixels est absolument inutile, à moins de penser que l’utilisateur moyen verra le site sur un écran de 50 pouces … En conclusion, économisez des octets

La taille de l’article

L’article doit contenir un minimum de 300 mots, mais en les comptant, faites attention aux mots d’arrêt et surtout au pourcentage de récurrence du mot clé dans le texte, qui doit être compris entre un minimum de 0,4 % et un maximum de 2,5 % ; le pourcentage optimal est supérieur à 1 %. N’oubliez pas, cependant, que vous écrivez pour les humains et non pour Google, donc un 0,8 % est acceptable tant que ce que vous écrivez a un sens et génère de la valeur et de l’utilité pour le lecteur. .. Évidemment, plus le texte est long, plus vous pourrez utiliser des variantes sémantiques du terme de référence en élargissant le champ sémantique de l’article..

Ne pas oublier un Call To Action (CTA)

Par exemple, vous pouvez demander aux lecteurs de partager votre article sur les médias sociaux s’ils l’ont trouvé intéressant ou de le commenter.

Enfin il faut continuer à améliorer son contenu

Vérifiez les résultats et le positionnement de votre article au bout de 6 semaines (minimum). Comment avez-vous positionné l’article ? Est-il partagé ? Personnellement, j’utilise des outils professionnels payants pour vérifier le fonctionnement d’une page, mais il existe aussi des outils sympathiques et gratuits comme Word Tree qui vous permettent de comprendre rapidement comment votre texte est interprété par un algorithme. Essayez-le, c’est amusant et cela vous aidera à comprendre si vous avez atteint le sujet. Voici l’arbre des mots-clés de l’article que vous lisez…

N’hésitez pas à commenter cet article :)

Add a Comment